Les observations

Observation n°203 (01. Mairie déléguée de Brain-sur-l'Authion)

Par Odile TINCHANT
Déposée le 11 mars 2022 à 09h25
Merci de prendre en compte les éléments en pièce jointe.

Document joint

Réponse apportée

Bonjour,
Nous notons votre observation sur la gestion des eaux.

Observation n°202 (01. Mairie déléguée de Brain-sur-l'Authion)

Par Anne TINCHANT
Déposée le 11 mars 2022 à 09h14
Merci de prendre en compte les éléments en pièce jointe.

Document joint

Réponse apportée

Bonjour,
Le bois classé "les verrières" n'est pas en zone inondable à notre connaissance. Un diagnostic "zones humides" est en cours ; il identifie leur présence de manière globale. Un relevé pédologique est en cours. La présence de zones humides est une contrainte qui peut être levée si nous décidons de proposer le déclassement en contrepartie de mesures compensatoires tant sur la reconstitution d’un bois que celle de zones humides.
Les mesures sont faites par des cabinets indépendants.
Nous notons votre observation sur le besoin de terres hautes pour faire paître vos animaux.

Observation n°201 (Web)

Déposée le 14 mars 2022 à 23h45
Cette observation est prise en compte mais n'est pas visible car elle comprend des propos considérés comme non publiables.

Observation n°200 (Web)

Par Marie-Annick Poirier-Pineau
Déposée le 14 mars 2022 à 22h57
Je comprends très bien l'opposition des riverains à l'implantation d'une prison d'une telle envergure. Les 3C ont de bons arguments qui justifieraient une grosse réflexion. Rescaled, le secours catholique et maître Salquain ont fait des remarques qui devraient être plus qu'écoutées par les instances dirigeantes.
L'association des voies de Saint-Barth. ainsi que les 3C proposent différents schémas de barreaux routiers pour désengorger le trafic routier sur Saint-Barthélemy-d'Anjou ainsi que celui de la 347. Ne pensez-vous pas que les VOIX de la CAMPAGNE vont s'élever si vous touchez les terres agricoles, pour certaines classées en ZAP, Et la tranquillité des riverains de ces soi-disant futures voies?

Réponse apportée

Bonjour,
Nous écoutons les voix de tous les administrés. Du fait des besoins communs, la solution doit nécessairement recevoir le soutien de tous.

Observation n°199 (Web)

Par Tony Chapeau
Déposée le 14 mars 2022 à 21h13
Bonjour,
Nous nous permettons cette observation, en effet nous sommes arrivés sur la commune de brain en 2014, commune paisible au bord de l'authion, le calme de la campagne aux portes d'Angers. Le top en somme pour voir grandir nos enfants.
Malheureusement on entend arriver ce projet de prison à quelques centaines de mètres de la maison, sur des terres agricoles qui plus est !
Nous nous sommes vu, pour notre part, refuser un projet de division de parcelles pour une question "écologique", alors qu'on va venir tuer tout une partie de faune et de flore à coup de béton...

Réponse apportée

Bonjour,
Nous comprenons votre observation.
Le Code de l’Environnement, notamment, s’impose au projet. Il conviendra de respecter les règles en vigueur, notamment Eviter, Réduire, Compenser édictées par le ministère de l’écologie. De même, ce projet, si il est confirmé, respectera toutes les réglementations en vigueur.
Ce projet de l'État est donc soumis aux mêmes contraintes qu'un particulier et plus. La concertation en cours intéresse aussi la procédure de mise en compatibilité des documents d'urbanisme pour le seul foncier intéressant l'établissement. Toutes ces études doivent aboutir avec l'enquête d'utilité publique qui suivra, si le site est retenu. Cette enquête sera encadrée par un commissaire enquêteur qui recueillera vos avis.

Observation n°198 (Web)

Anonyme
Déposée le 14 mars 2022 à 21h12
Bonsoir,

Est-ce raisonnable de vouloir bétonner des hectares de terres agricoles pour implanter une prison ?
Avec le dérèglement climatique, ne va-t-on pas vers des inondations répétées ?
Ces terres agricoles ne devraient-elles pas servir au PAT (Projet Alimentaire Territorial) ?
Ne va-t-on pas manquer de bonnes terres agricoles pour plus tard ?

Réponse apportée

Bonjour,
Nous sommes en lien avec la chambre d'agriculture et ALM pour estimer la meilleure cohésion des activités humaines. D'autre sites sont à l'étude.
Votre observation est tout l'objet de l'enquête d'utilité publique qui sera ordonnée lorsqu'un site sera retenu.

Observation n°197 (Web)

Par Arnaud LE VOYER
Déposée le 14 mars 2022 à 20h53
Le nouveau centre pénitentiaire de 850 places interpellent fortement les associations par sa taille, par la diversité des quartiers et bâtiments à venir qui associera une Maison d’Arrêt et un Centre de Détention (dont la répartition des places n’est pas encore défini ou annoncé) ainsi qu’une prison de femme de 60p.

Ces 3 dispositifs pénitentiaires ont des spécificités d’accueil de détenus très différentes pour des durées de peine différentes avec la mise en place d’une sécurisation des enceintes différentes, et un accompagnement des détenus et des familles également très différents.

Les associations qui concourent au soutien des détenus et des familles travaillent en lien très positif avec l’administration pénitentiaire de la Maison d’Arrêt d’Angers depuis de nombreuses années. Tous se félicitent de la qualité et du respect mutuel existant à Angers entre l’encadrement de la MA actuel et les associations.

Ce lien très complémentaire avec l’administration pénitentiaire local permet de nombreux services, un réel concours des associations à l'humanisation de l’établissement.
L’administration pénitentiaire partout en France reconnait aux associations leur rôle irremplaçable.
Les expériences d’externalisation de ces missions à des sociétés privées a montré la différence entre les services, missions et projets bénévoles avec les missions salariées. Elles ne sont pas de même nature, ne peuvent se substituer. Elles ne doivent pas d’ailleurs s’opposer lorsque la ressource associative devient insuffisante.

Le tissu associatif partout en France est en réelle difficulté depuis de nombreuses années pour renouveler ses membres, ses responsables, rajeunir et former, préserver sa capacité entrepreneuriale, sa dimension innovante. (Impact sociétal, culturel, générationnel, …)
Ces difficultés se sont très sensiblement renforcées avec les 2 années COVID.

Dans ce contexte, les associations sont appelées à se rapprocher pour partager leurs bonnes pratiques, unir leurs ressources, mutualiser leurs actions.
Le passage de 266 places de l’actuelle Maison d’Arrêt à 850places déployées en 3 dispositifs pénitentiaires aux caractéristiques très différentes soulève un véritable défi que la collectivité doit prendre en considération pour éviter de découvrir trop tard que des équilibres irremplaçables ont été rompus.

Dans ce cadre plusieurs recommandent l’étude et la mise en place d’une Maison des Associations à l’extérieur et à proximité de l’enceinte du futur centre avec une implantation également de relai à l’intérieur avec des espaces dédiés.

Le cahier des charges de cette MAISON DES ASSOCIATIONS une fois validée sur son bien fondé par l’APIJ, l’Agglomération et le Département devra faire l’objet d’un Plan de Travail pour aboutir à une préconisation d’espace et de fonctionnement, une approche budgétaire, un cadre de relation redéfini en lien avec l’administration pénitentiaire du site.

Cette élaboration pourrait probablement mobiliser le GACP (Groupement Angevin Concertation Prison unissant les différentes associations locales déclinées du GNCP national). Ce Groupement a montré depuis de nombreuses années sa capacité à bâtir des projets communs.

La réussite de cette réalisation démontrerait la dimension innovante et potentielle des associations de notre territoire si nécessaire dans le soutien et l’accompagnement des fragilités de notre époque.

Un RdV commun avec l’APIJ, les élus de l’agglomération et du département et les associations pourrait assurer un élan et une dynamique tant sur le projet de MdesA que sur un vrai plan de recrutement et de dynamisation projet de chacune d’elles pour être re-ajusté au contraintes du nouveau centre 2027 multidispositifs pénitentiaire.

Réponse apportée

Bonjour,
Nous notons votre contribution et la faisons remonter à notre tutelle.

Observation n°196 (Web)

Anonyme
Déposée le 14 mars 2022 à 20h46
L'observation 192 est parfaitement juste ! Comment pouvez-vous considérer que les premières habitations à 200 m sont suffisamment éloignées ? C'est tout simplement scandaleux ! Mon conjoint et moi-même sommes concernés, je dirais même lésés/impactés par votre absence de considération à notre égard puisque nous ne sommes pas un obstacle à l'établissement de ce futur centre pénitentiaire alors que nous habitons à 200 m de la limite de propriété de Levavasseur. Nous avons acquis cette maison de charme il y a 15 mois et avons appris par les Voisins de Crémaillère d'argent, le 18/12/21, le projet en cours !! Aucune considération des décideurs de ce projet aberrant ! Des nuits d'insomnies pendant des semaines ont succédé à l'annonce de cette nouvelle !!! Nous sommes venus ici pour vivre à la campagne, au milieu des champs où nos voisines sont des vaches accompagnées de leurs veaux. Nous voyons plusieurs fois par semaine des biches qui viennent manger sur notre terrain et les terrains voisins. Voilà notre quotidien ! Et vous, burocrates, vous arrivez avec votre projet et n'hésitez pas à détruire notre qualité de vie par l'établissement d'une prison destinée à 850 détenus (sur la brochure), puis dès la réunion du 3/02, le nombre est majoré à 888 prisonniers !!! C'est un cauchemar ! A quand l'annonce de 1 000 prisonniers voire plus. Rien ne justifie qu'une prison de cette envergure se trouve à moins de 200 m des habitants. D'autres terrains vous ont été proposés par l'association les 3C. Vous ne pouvez donc plus justifier votre posture qui consiste à dire que seul ce terrain vous a été proposé ! Et la encore, c'est une aberration : vous nous avez demandé de vous proposer d'autre sites !! Mais c'est votre travail, VOUS êtes rétribués avec l'argent public, donc notre argent, pour elaborer ce type de projet donc pour rechercher des sites ajustés à ce projet d'envergure. Pour notre part, nous ne sommes pas rétribués pour effectuer des recherches. Mais face à votre inertie et afin de pouvoir espérer que ce projet soit déplacé vers un autre site dont la dimension serait adaptée, l'association les 3C de la Crémaillère d'Argent a fait le travail. Merci à eux ! Vous ne pouvez donc plus dire que le site des Landes est le seul et unique à l'étude. Nous espérons vivement que les autres terrains feront l'objet d'une étude approfondie par l'APIJ et autres acteurs de ce projet, insensé à l'heure actuelle. Par ailleurs, nous aurions souhaité des élus municipaux qu'ils se préoccupent du bien-être de leurs administrés plutôt que de ne s'intéresser qu'à d'hypothiques contreparties et bénéfices..... A bons entendeurs !!!

Réponse apportée

Bonjour,
Nous notons votre observation. Le nombre de détenus n'a pas varié entre 850 et 888. Il s'agit de la somme nette de ceux restant sur Angers (38) et ceux qui seront accueillis à Angers les Landes (850).
Concernant la concertation, deux sites ont été proposés à l'APIJ, celui de la Bodinière et celui d'Angers-Les-Landes.
Le contexte de nos investigations communes en 2020-2021 ne permettait pas de dégager des opportunités là où aujourd’hui elles pourraient sembler évidentes. C’est pourquoi, nous avons accepté d'ouvrir la réflexion sur la base de vos propositions. D'autres sites ont été proposés qui sont en cours d'études. C'est notre travail ainsi que celui de vos représentants locaux.

Observation n°195 (Web)

Par CEVA 49
Déposée le 14 mars 2022 à 20h03
Bonjour,
Ci-joint la contribution du Collectif Environnement Val d'Authion 49 (CEVA49).
Merci des réponses qui seront apportées par l'ensemble des acteurs concernés

Document joint


Observation n°194 (Web)

Par CEVA 49
Déposée le 14 mars 2022 à 20h02
Bonjour,
Ci-joint la contribution du Collectif Environnement Val d'Authion 49 (CEVA49).
Merci des réponses qui seront apportées par l'ensemble des acteurs concernés

Document joint


Apportez votre contribution : Déposer une observation

Partagez sur les réseaux sociaux

l'adresse de ce registre numérique.